Justice Pour Cyril F.e.r.e.z

Solidarité avec Cyril  F e r e z, syndicaliste S U D-P T T grièvement blessé le 18 Mars 2006
English Translation  Deutsch Übersetzen
Ajoutez JusticePourCyril à Vos Favoris
Faites connaître notre action
Recevez nos infos sur votre mail

Accueil

Sommaire

Derniers billets

Forum

Faites part de vos commentaires, avis, suggestions...

Appel à Témoins

Manifestez votre soutien à Cyril en envoyant vos Témoignages et Documents sur les violences du 18 Mars
justicepourcyril@laposte.net

Qui sommes nous

Un Blog solidaire de Cyril Ferez, victime de brutalités policières lors de la manifestation anti-CPE du 18 Mars. Lire la suite...

Liens Syndicaux

Revue de Presse

Fils RSS

Compteurs

Les Documents clés :
Cyril : Etat de santé
La famille et SUD-PTT portent plainte
Matraquage : Arrêt sur image
Analyse de la vidéo AFP
La Vidéo AFP et son commentaire par un témoin direct
Nouvelle vidéo, et analyse image par image
Les récits des témoins de la scène

Témoignages : Un enseignant témoigne : « Pendant vingt minutes, les secours n’arrivent pas »

Par JPC :: vendredi 24 mars 2006 à 12:11 :: Témoignages

 Alain Bessaha, enseignant, a filmé la charge des CRS et le piétinement de Cyril Ferez. Le militant de SUD-PTT, blessé samedi soir, est toujours dans le coma. Témoignage.

20 h 12 :

la charge des CRS

« Quand je filme, il est 20 h 12. Cyril est à genoux sur le terre-plein central de la place de la Nation. Il est percuté par un CRS qui poursuit un manifestant. Dès ce moment-là, Cyril bascule sur le côté droit, il ne bouge plus. Juste derrière arrivent une dizaine de CRS qui courent pour protéger leur collègue qui trébuche sur Cyril. Ils veulent protéger ce CRS isolé qui risque de tomber, alors que la situation est très tendue. C’est à ce moment que Cyril est piétiné. Je ne peux pas dire si les coups de pied sont volontaires ou non. Il fait nuit. Sur les images, il me semble qu’un pied est plus lourd que les autres. Je ne vois pas de coup sur le crâne de Cyril. Cette scène, que j’ai filmée, dure quarante secondes. »

Cyril, seul à terre

« Les CRS qui ont chargé s’en vont. Pourtant, le climat est violent, des projectiles tombent. Pourquoi n’évacuent-ils pas Cyril ? Je ne comprends pas. Je vois deux CRS qui penchent le regard vers lui, ils doivent évaluer la situation, ils se disent sans doute que c’est grave. Peut-être ont-ils eu peur. Cyril a le visage complètement tuméfié. Je m’approche de lui, avec deux autres personnes dont un journaliste. J’ai un masque à gaz à cause des lacrymogènes. Puis, je reste seul avec Cyril. Je cherche son pouls, il respire. Mais il ne parle pas. Des journalistes crient vers les CRS : "Appelez quelqu’un !" Ils ne reviennent pas et quittent le terre-plein. »

Le CRS « sauveteur »

« Une minute après, quatre ou cinq CRS viennent vers Cyril, ce ne sont pas ceux qui ont chargé. Un CRS dit qu’il est sauveteur. Il se met à genoux, met sa main derrière la tête de Cyril, le redresse un peu. Il fait un appel radio, puis rien. Aucun geste de secouriste. C’est nous qui desserrons la bandoulière de son sac et son écharpe dont j’ai peur qu’elles ne l’étouffent. On met quelque chose sous sa tête, je récupère ses lunettes. A côté de lui, son discman est explosé. Le CRS"sauveteur" pose quelques questions à Cyril. Au bout de cinq minutes, il répond. Il est dans les vapes. Il dit qu’il s’appelle Cyril, qu’il est à Sud-PTT. Je le tiens par la main, je ne veux pas le lâcher, le laisser seul avec les CRS. A aucun moment, il n’est seul avec le "sauveteur". Le discours de Cyril est assez incohérent. Il veut bouger, toucher son oeil. Il dit qu’il ne veut pas des secours, qu’il ne veut pas aller à l’hôpital, qu’il veut rentrer chez lui. Il a peur d’avoir des problèmes avec son travail. »

Vingt minutes d’attente

« Cette scène dure vingt minutes, pendant lesquelles les secours n’arrivent pas. Ce sont les deux étudiantes en photo qui vont ramener le camion de pompiers (Lire l’Humanité d’hier _ NDLR). Je leur donne les lunettes puis je suis les CRS qui rejoignent leur compagnie. A aucun moment, le CRS sauveteur (qui a affirmé à l’IGS que Cyril Ferez lui avait "avoué avoir eu une altercation avec d’autres manifestants qui l’auraient agressé" - NDLR) ne rejoint Cyril dans le camion des pompiers. Il part pour l’hôpital vers 20 h 45. »

Selon l’AP-HP, l’état neurologique de Cyril Ferez était « en légère amélioration », hier, mais le pronostic vital restait « réservé ». Lundi, après un nouveau scanner, il avait réagi « très légèrement » aux sollicitations.

Propos recueillis par Lénaïg Bredoux

 

Article paru dans l'édition du 23 mars 2006.

Source : http://www.humanite.presse.fr/journal/2006-03-23/2006-03-23-826771

 



Derniers Posts


  • Plus d'articles...
    Copyleft © Justice Pour Cyril Ferez - Blog créé avec ZeBlog