Justice Pour Cyril F.e.r.e.z

Solidarité avec Cyril  F e r e z, syndicaliste S U D-P T T grièvement blessé le 18 Mars 2006
English Translation  Deutsch Übersetzen
Ajoutez JusticePourCyril à Vos Favoris
Faites connaître notre action
Recevez nos infos sur votre mail

Accueil

Sommaire

Derniers billets

Forum

Faites part de vos commentaires, avis, suggestions...

Appel à Témoins

Manifestez votre soutien à Cyril en envoyant vos Témoignages et Documents sur les violences du 18 Mars
justicepourcyril@laposte.net

Qui sommes nous

Un Blog solidaire de Cyril Ferez, victime de brutalités policières lors de la manifestation anti-CPE du 18 Mars. Lire la suite...

Liens Syndicaux

Revue de Presse

Fils RSS

Compteurs

Les Documents clés :
Cyril : Etat de santé
La famille et SUD-PTT portent plainte
Matraquage : Arrêt sur image
Analyse de la vidéo AFP
La Vidéo AFP et son commentaire par un témoin direct
Nouvelle vidéo, et analyse image par image
Les récits des témoins de la scène

Témoignages : Premiers Témoignages

Par JPC :: mardi 21 mars 2006 à 19:20 :: Témoignages

Voici les témoignages dans la presse française, mardi 21 mars, sur Cyril Ferez, syndicaliste Sud PTT, actuellement dans le coma, blessé lors des incidents survenus samedi soir dans le quartier de la Nation à l'issue de la manifestation anti-CPE.

Bernard Allaire, responsable du service d'ordre du syndicat SUD : "D'après les témoignages que nous avons pu recueillir, Cyril était assis sur le terre-plein central de la place de la Nation lorsque les gendarmes mobiles ont chargé. Il se serait alors fait piétiner et aurait peut-être pris des coups de matraque au passage. Les forces de l'ordre ne sont pas venues à son secours alors qu'il gisait au sol dans un état manifestement grave. Ce sont des jeunes qui ont appelé les pompiers. Pendant un quart d'heure, Cyril est resté sans assistance. C'est scandaleux." ( France Soir)

Sandra Demarcq, secrétaire fédérale de Sud PTT, venue à son secours : "Cyril était tranquillement assis quand les forces de maintien de l'ordre ont chargé. On l'a retrouvé allongé par terre, le visage tuméfié, le nez en sang. Au début, on a cru qu'il était mort. On a demandé aux forces de l'ordre d'appeler des secours. Elles ne l'ont pas fait.


Les pompiers ont finalement été alertés par deux étudiants alors que Cyril gisait sur la chaussée depuis vingt minutes." (Le Parisien)

L'Inspection générale des services : "Cet homme a été repéré titubant entre 19 heures et 20 heurs et, remis aux pompiers, il a refusé la prise en charge et est reparti vers la place de la Nation. C'est alors que les faits, qui restent à éclaircir, se sont produits." (Le Parisien)
Faisant état des témoignages des pompiers qui l'auraient pris en charge, la police rapporte que l'homme était "parfaitement conscient et vif" au moment de son évacuation par les pompiers, mais "dans un état éthylique avancé". "Il saignait du nez, présentait des contusions au visage, un hématome à l'œil ; il indiquait avoir inhalé du gaz lacrymogène ". Mais il "était parfaitement conscient et vif". (Le Figaro)

Victoire Tonelli, photographe : L'homme était alors assis en tailleur sur la place, "l'air hébété". "Un peloton de CRS était sur le terre-plein. Ils ont formé une sorte de 'tortue'. Je les ai vus avancer, ils prenaient des projectiles de derrière et des côtés. Ils ont avancé vers lui et sont clairement passés dessus.
J'ai vu des coups de pied partir, j'en suis sûr". Au moment où il a été frappé, Cyril F. ne montrait aucune attitude hostile. (Reuters)

Alexandre Tsitouridis, photographe : "Je l'ai vu devant les CRS, pacifique. Je ne sais pas ce qui lui passait par la tête. J'ai eu l'impression qu'il allait se relever. Les CRS sont autour de lui. Je ne le vois plus. L'image d'après, il est par terre.
(Libération)

Bruno Stevens, photographe : "Devant l'arrivée des CRS, les gens s'éloignaient en éventail. Lui a été attrapé. Il était plus lent. Il a pris un coup direct à la tête. Il s'est effondré comme une masse. Ils ont continué à le frapper alors qu'il était au sol. Mais vraiment fort! Je me suis approché pour dire aux policiers : "Mais vous ne voyez pas qu'il est inconscient!". "Je n'ai pas vu le point de départ, mais il n'avait rien en main et il n'était pas masqué". (Libération)

Pascal Charles, membre d'un collectif antirépression : "J'ai vu un CRS sortir du peloton, l'attraper et le mettre dans le cercle. Les CRS se faisaient caillasser en même temps qu'ils tapaient. J'ai eu l'impression qu'ils le piétinaient.
Lorsqu'ils se sont éloignés, j'ai cru qu'ils laissaient un sac derrière eux." (Libération)

 

Source : Nouvel Obs



Derniers Posts


  • Plus d'articles...
    Copyleft © Justice Pour Cyril Ferez - Blog créé avec ZeBlog